Une page a été trouvée avec le mot clé Manifestes.

La classe dehors, c'est maintenant !



**Tribune parue au Monde** en mai 2023.
Les enfants passent de plus en plus temps enfermés entre quatre murs et sur leurs écrans. Consignés dans leur chambre ou assis dans une classe, ils seraient en sécurité. Pourtant, ils s’isolent du monde et leur sédentarisation provoque l’obésité, des troubles anxieux et dépressifs. Que des familles emmènent leurs enfants dehors et que trente minutes de sport par jour commencent à être encouragées à l’école ne suffit pas.

Il est grand temps d’aller voir dehors si l’on s’y trouve ! C’est par le jeu et la découverte que tout enfant apprend, sur lui-même, sur les autres et sur le milieu dans lequel il vit. Tout enfant grandit en éprouvant. Il n’éprouve qu’en expérimentant. Il n’expérimente qu’en jouant. Il ne joue qu’en rêvant. C’est un chercheur d’hors. La sécurité d’un enfant ne peut pas reposer sur une réduction de ses libertés. Il doit ex-sister, sortir de son corps, de sa famille, de son école, précisément pour mieux y revenir, avec ses sens stimulés, son corps entraîné, ses désirs révélés, ses apprentissages confortés, ses amitiés cultivées…

Face aux dégâts provoqués par les confinements sur les enfants, des enseignantes, d’Allonnes (Sarthe) à Poitiers, de Marseille à Pompaire (Deux-Sèvres), de Saint-Denis de la Réunion à Beauvais, se sont mises à sortir avec leurs élèves, renouant ainsi avec les classes-promenades et les jardins scolaires. Elles rejoignent des enseignants, des animateurs de l’éducation populaire et à l’environnement qui emmenaient déjà des enfants dehors, notamment ceux qui avaient commencé une réflexion, dès 2008, à travers la Dynamique Sortir !, conduisant ainsi à renouveler des approches pédagogiques centenaires pour faire « Classe dehors ».

Ils se sont vite aperçus que le « climat scolaire » s’améliorait, que tous les enfants participaient aux activités extérieures. Ainsi la coopération entre les écoliers allait de soi, leur santé mentale s’améliorait au contact de la nature, les activités physiques rendaient les enfants joyeux, bref, la classe dehors concrétisait l’esprit de la Convention internationale des droits de l’enfant, signée en 1989.
Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « En l’état, l’organisation et la durée des apprentissages sont-elles fructueuses pour les élèves de primaire ? »

Ce qu’observent ces enseignants est confirmé par la recherche : les expériences régulières de nature sont bénéfiques pour les apprentissages, l’inclusion, la lutte contre le décrochage scolaire, elles participent de la promotion de la santé à l’école. La classe dehors est un moyen de réinventer une pédagogie plurielle, dans laquelle tout espace peut devenir lieu d’instruction, d’éducation et de socialisation.

Qui listera les bienfaits d’une classe dehors ? La faune et la flore du voisinage, les quatre éléments (la terre, l’eau, l’air et le feu), la rivière ou l’étang proches, toute cette nature observée n’est-elle pas un « livre ouvert » ? Les enfants herborisent, collectent des pierres, ramassent des bouts d’écorce, prennent soin du lieu qu’ils explorent et de ceux qui l’habitent, partagent leurs découvertes, jardinent aussi, car le jardinage devient une « discipline » dans l’emploi du temps. En cultivant le jardin, l’enfant se cultive : il constate les temporalités de la nature, dont la saisonnalité, il prend soin de la terre, arrose, désherbe, cueille, met en conserve les fruits récoltés, cuisine les légumes du potager.
Philosophique, sans le dire

Toujours avec ses copains et en jouant, l’enfant sent les fleurs, les nomme et les représente en les dessinant et les coloriant. Ce rocher, cette forêt, cette clairière, cette poule, ce canard, ce pigeon, cette rue, ce quartier deviennent… manuels scolaires ! Il calcule le temps de vol d’un oiseau et le suit dans ses migrations en devenant géographe. Dans la ville, il devient « ménageur des lieux », dessine les parcours et mesure les temps, les hauteurs et les perspectives, il dénonce les laideurs et calcule les harmonies. Il découvre les multiples cultures du monde dans les marchés. Il étudie toutes les activités, l’artisanat, le commerce, les bureaux si mystérieux, etc. Une journée dans un garage, une menuiserie ou avec le jardinier municipal est aussi un véritable support vers les apprentissages scolaires.

Confrontés à leur milieu, les enfants prennent conscience des défis à relever. Ce qu’ils entendent chez eux, dans la rue, sur Internet prend sens : extinction d’espèces végétales ou animales, dérèglement climatique, pollutions des sols, de l’eau, etc. Toute une culture écologique et citoyenne, avec son vocabulaire, les données sur lesquelles elle s’appuie, ses dénonciations et préconisations, devient familière.

Ne l’oublions pas, la classe dehors en revenant dedans examine les trésors glanés et les traces collectées dans des carnets ou sur des tablettes. Chacun s’informe dans un livre ou sur Wikipédia, en discutant avec son enseignant ou ses camarades. La classe dehors saisit la complexité du réel, engrange les informations et les émotions, elle confère à la pensée sa turbulence. Le jeu incessant de l’intérieur et de l’extérieur conduit chaque enfant à apprécier l’un comme l’autre comme une partie de lui.

La classe dehors est philosophique, sans le dire, sans la lourdeur des références savantes. Les enfants n’opposent plus le dehors et le dedans − le portable est un dedans dehors tout comme Internet est un dehors dedans −, spontanément ils les entremêlent et confectionnent avec leurs différences un monde. Celui-ci ouvre à la rêverie et à la créativité. Les ronchons diront que toute promenade est du temps perdu… Ont-ils oublié que la connaissance est un chemin, avec ses tours et ses détours, ses fatigues et ses joies ? Que la destination importe peu, que l’essentiel est précisément ailleurs. L’ailleurs avec lequel chacune et chacun se sentent d’ici.

Aujourd’hui, l’éducation nationale soutient et accompagne ces initiatives, elle les encourage même, mais faire Classe dehors réclame l’effort combiné de tous les ministères, des collectivités territoriales, des associations partenaires de l’école, des universités et des parents. Pour les enfants privés de jardin, de vacances, de loisirs dans la nature, faire Classe dehors n’est plus une option, mais une nécessité. Il est de la responsabilité des pouvoirs publics d’agir pour favoriser cette pratique à toutes les échelles.

Premiers signataires :
Patrick Bouchain, architecte (Grand Prix de l’urbanisme 2019) ; Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux ; Etienne Butzbach, vice-président de la Ligue de l’enseignement ; Marie-Danièle Campion, ancienne rectrice ; Colin Champion, président de La Voix lycéenne ; Moïna Fauchier-Delavigne, cofondatrice de la Fabrique des communs pédagogiques ; Crystèle Ferjou, conseillère pédagogique départementale ; Benjamin Gentils, cofondateur de la Fabrique des communs pédagogiques ; Claire Heber-Suffrin, initiatrice des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs ; Didier Jourdan, professeur des universités, titulaire de la chaire Unesco Education & Santé ; Emilie Kuchel, présidente du Réseau français des villes éducatrices, conseillère régionale de Bretagne ; Christine Leconte, présidente du Conseil national de l’ordre des architectes ; Pierre Mathiot, professeur de science politique ; Léonore Moncond’huy, maire de Poitiers ; Thierry Paquot, philosophe de l’urbain ; Anne-Caroline Prévot, écologue, directrice de recherche au CNRS et au Muséum national d’histoire naturelle ; Jean-Pierre Rosenczveig, magistrat honoraire ; Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement ; Aurélie Zwang, maître de conférences en sciences de l’éducation et de la formation.

Liste complète des signataires.

Manifeste d'avril 2021


Avec la reprise de l’épidémie de COVID-19 en mars 2021, l’école est à nouveau en tension, et le “tout numérique” ne peut plus représenter l’unique solution apportée à la communauté éducative pour répondre aux besoins des enfants et aux enjeux de l’éducation.

Depuis le début de la pandémie, les enfants, qui sont peu touchés directement par la Covid, en paient pourtant les conséquences : le temps passé devant les écrans a explosé, ils sont isolés et privés de nature, les apprentissages sont mis à mal, la sédentarité s’aggrave, les symptômes de dépression augmentent, etc.

L’enseignement « confiné », à distance, est-il la seule solution ? Aujourd’hui, des enseignant.e.s se lancent, des formations se montent pour explorer d’autres voies à l’extérieur, hors les murs, dehors. Ils et elles investissent régulièrement un parc, une forêt, un square, un terrain communal, un terrain privé proche de leur établissement, ou même leur cour de récréation pour faire école.

Enseigner dehors permet de travailler les apprentissages fondamentaux, de lutter contre le décrochage mais aussi de développer les compétences cognitives et psychosociales, la motricité, de réduire le stress et de favoriser la découverte de la biodiversité. L’école dans la nature est non seulement possible, mais très bénéfique pour les enfants : elle nécessite, bien sûr, une préparation et des situations d’apprentissage rigoureusement conçues… mais, à cette condition, ses effets sont très positifs, comme l’ont prouvé des centaines d’études. Aujourd’hui plus personne ne remet en question ces avantages.

De la maternelle à l’université, la classe dehors représente donc une voie à développer d’urgence pendant cette troisième vague d’épidémie pour freiner le développement de la Covid-19, favoriser les apprentissages et adoucir le retour à l’école après ce confinement pour les enfants et les enseignants.

Il y a urgence sociale, sanitaire et éducative à diffuser « la classe dehors » et permettre qu’elle soit pratiquée le plus souvent possible.
Filtrer :  Affiches  aménagements  bande dessinée  Bibliographie  classe-promenade  conte  Cours Végétalisées  eau  écriture dans la nature  exposition  FabPeda  Forêt  Freinet  Guide pratique  International  Lieux  Manifestes  matériel pédagogique  Montpellier  photographie  podcast  rencontres internationales  rendez-vous  revue de presse  RICD  Risque  Rivière  Santé  sauvage  scientifique  Se Lancer  semaine francophone  séminaire  tables rondes  Témoignages  vidéos  Ville à hauteur d'enfants  webinaire